Oct 22

20 octobre – Go west, young man !

Ça y est, c’est le grand jour. Les valises sont bouclées, les réveils sonnent à 5h45 et c’est le branle bas de combat. En bon éco-citoyens, nous tentons les transport en commun et tout commence bien: la machine à billet accepte les cartes bleues et le train est à l’heure. Mais à la Défense, l’optimisme en prend un coup. Une défaillance matérielle nous oblige à changer nos plans et nous nous rabattons sur la ligne 1 qui nous achemine cahin-caha vers Châtelet, où le RER B nous emmène vers Roissy CDG sans faillir.

L’automate pour imprimer nos étiquettes bagages tombe en panne. Est-ce encore la main de Luc… Une personne d’Air France vient nous dépatouiller, puis nous partons faire la queue pour déposer les bagages; il n’y a personne aux comptoirs et des valises immobiles sur des tapis roulants… immobiles eux aussi. La queue pour passer la frontière est apocalyptique; il faut dire que c’est le départ en vacances ! Chose rare et imprévue en France apparemment…. Au final, nos 2 heures d’avance n’étaient pas de trop: nous embarquons juste à temps. Sauf que d’autres passagers n’ont pas eu la même chance que nous: il y a eu dernière nous 3 alertes pour bagages abandonnés. On finit pas décoller, avec près d’une heure de retard.

Vol sans encombre, tout se passe sans accroc à SFO. La queue pour l’immigration est toujours aussi longue  — probablement la même taille que celle qu’on a eu en France, sauf qu’ici c’est bien organisé. Il faut un peu discuter chez Hertz, car le prix annoncé ne correspond pas à celui de la réservation… Juste un facteur 5. Un problème d’informatique parait-il…. Ensuite, en route vers Los Gatos. Luc n’en peut plus et dort pendant la route. On arrive au motel, un petit repas, et tout le monde se couche sans demander son reste.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*